lundi, 04 octobre 2021 16:16

Pour les enfants qui n'aiment pas trop lire...

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Voilà bien longtemps que je m’amuse avec l’idée d’un père qui n’aime pas lire, et qui un jour, obligé de lire, oppose tous les arguments caractérisant le lecteur revêche :

« Pff… toutes ces pages ! » « T’as vu comme c’est écrit petit… », « Y’a même pas d’illustrations ! », « Pas la peine, j’aurais jamais le temps… » etc, etc… Ce père est le personnage miroir d’un enfant non lecteur. Et ces propos sont les mêmes que ceux prononcés par nos adolescents.

Dans ce récit, je voulais leur renvoyer cette image d’eux-mêmes, une façon de rire de soi, de pratiquer l’autodérision sur ce qu’ils peuvent percevoir comme une défaillance. En effet, la pression sur celui qui n’aime pas lire est de taille dans notre société. Moi-même qui adore cette activité, j’y ai participé. « Quoi, tu n’aimes pas lire ? Comment est-ce possible ? », leur diront père, mère, grands-parents, frère et sœur, professeur, ou  documentaliste.

Etre conscient de sa différence et l’assumer fait de vous un être authentique, qui ne craint pas le ridicule et gagne en cela l’estime de son entourage. Riez donc de vous, enfants non lecteurs, et ne laissez pas les super lecteurs vous rogner les ailes, en vous pointant du doigt.

 Mais je ne vais pas non plus prêcher que ne pas lire est anodin. C’est une telle aventure !

On ne sait jamais quelle découverte nous allons faire, quels mots vont s’imbriquer à la perfection dans le tumulte de nos émotions, et nous éclairer sur nous-mêmes, quelle action audacieuse d’un personnage va nous donner une énergie qu’on ne soupçonnait pas. Lire, c’est comme écrire, on ne sait pas avant d’avoir fini quelle sera la fin de ce voyage, et ce que nous allons y gagner, ou ne pas y gagner. Car un livre peut nous tomber des mains, comme les mots peuvent s’arrêter d'être vivants sur la page. Et donc, ce récit met en relief ce que lire peut provoquer et mettre en exergue, comment lire peut influer sur nos vies et la changer radicalement. Lire n’est jamais innocent : c’est un acte délibéré dans lequel on se donne corps et âme, comme lorsqu’on se jette dans les vagues d’une mer mouvementée. Il faut bien accepter d’en ressortir un peu bousculé.

 

   

Lu 55 fois