CHEEK MAGAZINE

 

Enquête

Les livres pour enfants sont-ils forcément sexistes?

Publié le 30 janvier 2017 à 6:00

La littérature jeunesse grand public n’échappe pas aux clichés sexistes, bien au contraire. Enquête.

Dernier jour au Salon du livre et de la presse jeunesse au mois de décembre. L’espace Paris-Est Montreuil ne désemplit pas. L’auteure de Rebelle au bois charmant (éd. Milan), Claire Clément, est présente pour une séance de signatures avec ses jeunes lecteurs. En guise de dédicace, elle dessine des crapauds surplombés d’une bulle de BD indiquant “Gros Bisous”. Cette malice est à l’image de l’héroïne de son dernier livre: une princesse irrésistiblement libre et féministe. Sa protagoniste, “complètement décalée” selon les mots de l’auteure, vit sa vie comme elle l’entend, ce qui ne l’empêche pas d’avoir des prétendants, au contraire! “Mais Rebelle ne souhaite pas être enfermée dans un mariage, ce qu’elle veut, c’est sa liberté.”. Elle finit par rencontrer un prince à son image. Ensemble, ils conviennent de la formule de leur bonheur: continuer à faire ce qui leur plaît. Eh oui, c’est bien de la vision du mariage dont il s’agit: “Les mères devraient l’acheter pour concevoir la vie en couple”, s’amuse Claire Clément. L’idée, “ce n’est pas d’inculquer quelque chose, mais de parler de ce que j’ai envie de défendre, d’une vision de ce que pourrait être la vie” nous précise-t-elle.

 

Les parodies de contes de fées ne font plus exception dans la littérature jeunesse. Certains auteurs vont plus loin, comme Victor Coutard, auteur de l’album Un arbre pour ami. Cette histoire, pré-sélectionnée pour le prix Les Pépites du Salon de Montreuil, met en scène l’amitié entre “l’enfant” et un arbre. La particularité: l’enfant n’est pas genré, ils ont imaginé avec l’illustrateur une silhouette neutre. “Ça permet à chacun et chacune de nos jeunes lecteurs de s’identifier à cet enfant” explique l’auteur. “Les lecteurs associent plus souvent l’enfant à un petit garçon, on a donc utilisé du rose pour compenser”, précise-t-il. Pour Bénédicte Fiquet, chargée de mission genre à Adéquations (Ndlr: une association d’information, de formation, et de réflexion entre autres autour du thème de l’égalité femmes-hommes), “le neutre est le plus souvent associé au petit garçon tandis que les petites filles sont représentés avec des accessoires”.

 

Un marché en mouvement

 

L’offre de littérature jeunesse est considérable. La BNF a répertorié 8632 nouveaux ouvrages rien que pour 2015. Victor Coutard, qui travaille parallèlement à la librairie Les 4 Vents (Paris 11ème) a sélectionné ses coups de cœur 2016, tous non sexistes. Pour lui, “l’idée même du sexisme disparaît derrière le travail créatif. Il existe un vrai fossé entre le choix proposé en librairie et celui offert par les grandes surfaces. Les livres y sont plus souvent sexistes car ils répondent à une logique d’abattage économique qui ne se questionne plus lui-même depuis belle lurette.” Ses coups de cœur: Astrocat de Domic Walliman, Chut, on a un plan!, de Chris Haughton, la série Chien Pourri de Colas Gutman.

 

Bénédicte Fiquet décrit deux catégories: les livres non sexistes et les livres anti-sexistes. Ces derniers ont pour propos la lutte contre les discriminations. La maison d’édition La Ville Brûle en a fait la collection Jamais trop tôt. Marianne Zuzula, la directrice éditoriale, explique: “On propose des albums qui ne tournent pas autour du pot, comme Mon super cahier d’activités anti-sexistes de Claire Cantais”. Il s’agit d’un cahier de jeux classique: coloriages, découpages, sept différences… sauf que chaque activité est l’occasion de réfléchir aux clichés. “On avait peur de faire des livres pour les parents, mais en fait les enfants s’en sont totalement emparés.”

 

    “La nouvelle génération de libraires, plus jeune et plus dynamique, est sensibilisée à ces problématiques.”

 

La deuxième catégorie regroupe les livres non sexistes, qui n’enferment pas l’enfant dans des stéréotypes de genre. Amélie Moulin, mère d’une petite fille de 3 ans et d’un petit garçon d’un an, privilégie ceux-ci: “Je fuis les livres de princesse et de camions”. C’est à la médiathèque qu’elle leur lit le plus d’histoires. “Là-bas, les livres ne sont pas genrés ou alors, très peu.”. Et quand il s’agit d’en acheter, elle évite les grandes surfaces, “c’est l’horreur”.

 

Pour Béatrice Fiquet, les librairies jouent un rôle déterminant. Marylou Clément, libraire à L’Autre Monde (Avallon, Bourgogne) explique: “La nouvelle génération de libraires, plus jeune et plus dynamique, est sensibilisée à ces problématiques. Et il ne faut pas oublier que les femmes sont majoritaires dans le métier.” Les livres genrés qui se vendent bien lui permettent de vendre sur conseil d’autres ouvrages. “Bien sûr que je vends du Chica Vampiro, même si elle est fringuée comme une quadra SM ! C’est un best-seller, on ne peut pas s’en passer.”

 

Des clichés persistants

 

Au stand Chica Vampiro du salon, autre ambiance que pendant la dédicace de Claire Clément. Selma, 12 ans, baskets à scratchs et cartable sur le dos, feuillette le dernier livre avec ses copines. Son look tranche avec celui de son héroïne favorite, une vampire toute de cuir clouté vêtue, star du PAF des enfants. Elle connaît ces bouquins parce qu’elle “regarde la série à la télé quand il n’y a rien a regarder”. Offre ou demande, difficile d’établir pourquoi la littérature jeunesse reste aussi sexiste.

 

Les éditions Fleurus en ont fait un marché. Elles proposent des collections “officiellement genrées”. La collection P’tite fille regroupe des ouvrages comme Ninon joue à la secrétaire ou encore Chloé joue à faire le ménage. Et P’tit garçon, Le 4×4 de Jack ou bien La formule 1 de Gabin. Saubahe Ayadi, responsable communication de Fleurus Enfants, précise qu’il s’agit de “livres d’imitation”. Effectivement, un emplacement est dédié pour que l’enfant colle la photo de son visage sur la silhouette du héros. Sexiste? Pour elle, “non, c’est une histoire de famille! La collection a été créé par une maman, qui les a pensées à l’image de ses petites filles. Puis quand son garçon est né, elle a développé une nouvelle collection.”. Un discours qui, finalement, revient à nier le genre comme étant une construction.

 

 Une tendance encore balbutiante

 

Si quelques initiatives existent pour faire bouger les lignes de la littérature enfantine, Bénédicte Fiquet précise que les héros des livres pour enfants sont majoritairement masculins. Et quand il s’agit de héros incarnés par des animaux, c’est encore plus fort. La représentation des adultes est elle aussi sexiste: si l’homme peut incarner des figures diverses, la femme n’apparaît qu’à travers son statut de mère. L’amitié entre les filles et garçons est très rarement traitée, et si c’est le cas, le jeune homme joue le rôle du protecteur. L’éducation à ces problématiques semble donc d’autant plus cruciale: “Rester vigilant sur ces questions peut permettre aux parents et aux professionnels d’y voir plus clair”, ajoute Bénédicte Fiquet.

 

Elle rappelle que l’enjeu est de taille. Le livre “a une puissance que les parents investissent”. Il est très valorisé dès le plus jeune âge: “Les adultes considèrent que le livre participe à faire grandir l’enfant”. Par ailleurs, ces moments de lecture sont souvent intimes: “La lecture du soir correspond à un moment tendre”, précise Bénédicte Fiquet. Les images qu’ils installent dans les têtes viennent confirmer ou infirmer l’ordre social, “et souvent viennent le confirmer”. Le défi est donc de taille pour les jeunes parents: grâce à des lectures bien choisies, ils pourront peut-être combattre au quotidien, et surtout très tôt, les représentations genrées qui ne cesseront de jalonner la vie de leurs enfants.

 

Léa Capuano

Cet article a été réalisé par une élève de la Street School, formation gratuite au journalisme par StreetPress.

 

 

Des écoliers rencontrent un auteur

Environ 90 écoliers ont rencontré Claire Clément, hospital auteure jeunesse depuis 1989. Deux classes de CP de l’école Joliot-Curie puis une classe de CM2 de l’école Barbara ont ainsi été accueillies à la médiathèque municipale Elsa Triolet, cheap jeudi 19 mars. Après avoir découvert d’autres univers en lisant ses livres, les enfants ont partagé leur ressenti en rencontrant l’auteure.

Ces séances ont ainsi permis aux écoliers de stimuler leur imaginaire.
Les plus jeunes (CP) avaient à leur disposition un panier de mots (étoile, footballeur, lune, sorcière…), un tableau de verbes (danser, construire, jongler…) et un tableau avec des mots peu utilisés par les enfants dans le langage courant (dentelles, clin d’œil, larmes, diamant, gouttelettes, etc). Le jeu consistait à faire une phrase commençant par « si j’étais… » et d’y introduire le mot du panier, le verbe puis un ou deux mot(s) du tableau. Exemple : « Si j’étais un nuage, je verserai des larmes de diamant sur la terre », Cet atelier a permis à chacun d’intervenir pour aider les autres enfants à trouver des idées.
Autre classe de CP, autre jeu… Une histoire a été créée avec les mots choisis par les enfants. Auteur et écoliers ont travaillé ensemble sur le personnage : comment s’appelle-t-il ? À qui ressemble-t-il ? Où habite-t-il ? etc.
Pour les classes de CM2, la rencontre avec Claire Clément s’est transformée en questions / réponses. Les enfants ont interrogé l’auteure sur son quotidien, son métier et sur ses livres.

Avec chacune des classes, la rencontre a été riche en découvertes !
La création a suscité beaucoup d’entrain et d’excitation chez les petits tandis que les plus grands ont posé des questions pertinentes à l’auteure et ont su exprimer leur avis sur les romans.

Sami, viagra sale Goliath, no rx Oscar, Ousmane et les autres de Claire Clément

 Sami est un jeune garçon de banlieue, abîmé par la vie. Suite au départ de son père son quotidien a volé en éclat. Seul Goliath, son lapin, arrive à le consoler. Alors quand celui ci disparaît, c’est la fin du monde pour Sami…

Plus que l’histoire de Sami et de son lapin c’est celle de toute une cité que nous allons suivre avec une belle galerie de personnages. Sami, Goliath, Oscar, Ousmane et les autres est un roman résolument moderne qui permet de découvrir plusieurs familles et leur problèmes. Sami, sa soeur Jeanne et leur mère, dépressive. Anaya et Oscar, sans papiers. Ousmane et son passé. Sothy et son grand frère. Tous sont un morceau du puzzle qui compose cette histoire, à la fois simple et tellement compliquée.

Les thèmes abordés sont durs, poignants même, pourtant une certaine légèreté se dégage de ce roman. Le ton de l’auteur, avec son jeune narrateur, permet de voir tout cela avec un regard d’enfant. La solidarité, maitre mot de ce roman, qui va permettre à tous d’avancer est très bien mise en scène et offre un beau message d’espoir et d’amour. Enfin le personnage de Goliath, le lapin, ainsi que l’intrigue de sa disparition permettent d’apporter une vraie touche enfantine dans tout ces problèmes d’adultes qui rejaillissent pourtant dans le quotidien des enfants.

Dans La petite Caillotte, précédent roman de Claire Clément dans la collection Estampille l’intrigue se situait en pleine nature, elle fait ici le choix complètement opposé avec la cité. Une fois encore pourtant un animal occupe une place presque centrale dans le récit, et la reconstruction d’une famille est au cœur de l’histoire. Ses jeunes héros ne sont pas épargnés par la vie, ce qui rend ses romans terriblement vivants !

Un beau roman plein d’amitié, de solidarité et d’espoir.

SAMI, GOLIATH, OSCAR, OUSMANE ET LES AUTRES... - CLAIRE CLÉMENT

Dans ce roman du quotidien, chacun a ses soucis, plus ou moins graves : Oscar et sa mère sont menacés d'expulsion (voir la brutale scène policière à l'école), Sami compte sur sa sœur Jeanne pour remplacer sa mère rendue dépressive par un divorce, Sothy l'Asiatique voit sa famille victime du racket du frère aîné, Ousmane enfin s'est disputé avec sa fille suite à un mariage forcé... Aussi riche que tourmentée, c'est la société multiculturelle française de notre époque qui s'invite ici, mais sans insistance car les héros sont pudiques.

Sami, sick Goliath, search Oscar, order Ousmane et les autres

de Claire Clément

Bayard jeunesse, avril 2013
Estampilles, 258 pages
9782747045032

 

 

Sami est un jeune garçon de banlieue, abîmé par la vie. Suite au départ de son père son quotidien a volé en éclat. Seul Goliath, son lapin, arrive à le consoler. Alors quand celui ci disparaît, c’est la fin du monde pour Sami…

Des rencontres littéraires dans la bonne humeur. (Photo G. G.)À l’occasion du festival du Livre jeunesse de Ruelle, order la médiathèque du Vingt-Sept a accueilli jeudi dernier Claire Clément, story auteure de littérature jeunesse, pour une rencontre avec les écoliers du primaire de Rouillac. Cette auteure prolifique, mère spirituelle d’Essie, une de ses héroïnes les plus connues, a écouté avec intérêt l’histoire écrite par les enfants avec leur enseignante (ainsi que la directrice de l’école primaire) Chantal Roy.

"Très fachée, Essie dit " crotte" à sa maman. Elle est punie et doit rester dans sa chambre. Puisque c'est comme ça, Essie décide de trouver la maman idéale. Commenc eun défilé dans sa chambre de mamans prêtes à tout pour se faire adopter...
Quelle petite fille n'a pas pensé changer un jour de maman sous le coup de la colère ? Une petite histoire drôle er pleine de tendresse, dés 6 ans."

Ouest-France

Danse avec les ours...

Line, douze ans, a perdu sa mère deux ans plus tôt, à la naissance de son petit frère, Titouan. Depuis lors, la famille est déchirée D'un côté, son pere et son frère aîné sont en colère perpétuelle, de l'autre, Line prend Titouan en charge, avec l'aide de sa grand-mère, peu vaillante. La seule évasion de Line, c'est la forêt en bordure de son village au coeur des Pyrenées. « Dans la forêt, ma petite Caillotte, lui disait sa mère, on est seulement des invités. II faut frapper à la porte avant d'entrer » Et c'est ce qu'elle fait, chaque jour apres le collège La, elle y rejoint un ami secret, un jeune ours dont la mère a été tuée par des chasseurs Lorsque l'assistante sociale propose de placer Titouan dans une famille d'accueil, Line s'enfuit avec lui dans la forêt, seul lieu où, comme dans un conte, tout peut être sauvé.

Ce matin-là, order Madame Labique, tadalafil la maîtresse, ask découvre sa classe saccagée : l’alphabet tout mélangé, les craies écrasées, l’affiche de la Tour Eiffel déchirée ! Quel est celui de ses élèves qui a osé faire ça. Totalement démunie, les copains Blaise, Picou, Zizou et Tirelou, l’invitent à appeler le détective Mister Bonflair. Celui-ci va relever tous les indices et même passer la nuit sous le bureau de la maîtresse pour retrouver les traces du coupable. Une enquête difficile mais dont il viendra à bout à force de réflexion…

Voilà une enquête rondement menée par un chien bien malin et à laquelle le lecteur dès 5-6 ans est invité à prendre part ! Indices et questions parsèment l’avancée de Mister Bonflair afin que les détectives en herbe participent. Claire Clément, auteure jeunesse reconnue, donne vie et malice à son petit personnage dont les vertes rondeurs sont mises en mouvement par Frédéric Benaglia. Un chouette duo au service de mystères à résoudre en s’amusant !

Editions Nathan. 32 pages. 4,80 euros.

Le Monde

, 02 octobre 2010

"Qui ne rêverait à dix ans de quitter l'école et de larguer les amarres?Après la mort de sa mère, les grand-parents mariniers de Noé l'embarquent à bord de leur péniche.
Comme dans Loulette, son précédent roman, Claire Clément a l'art de conter à petites touches les blessures de la vie pour les transformer en bulles de bonheur qui éclatent à fleur de peau, le temps d'un frisson."

Lire

"Le récit raconté avec pudeur est lent comme la marche sur l'eau, mais sans ennui. le sujet original traité avec compétence - l'auteur vit sur une péniche aménagée - entraîne le lecteur vers un monde différent qui est à la porte de chez lui." -Notes Bibliographiques

(LJA)

"Après la mort de sa mère, Noé multiplie les rencontres, comme Freddy le caîtaine du Bon Vent, ou bien Homère, le canard, un poème à lui tout seul, ou encore Gaëlle, pour qui son coeur va battre.Il découvre une nouvelle vie le long des berges de la Seine... Un roman plein d'émotions et d'humour que nous recommandons fortement."

Je Bouquine

"Plus de 40.600 jurés, âgés de 4 à 94 ans, ont participé à la 12ème édition du prix Chronos de littérature, organisé par la fondation nationale de gérontologie. Sur le thème " grandir, c'est vieillir; viellir, c'est grandir", jeunes et moins jeunes élisent des albume et des romans qui traitent du vieillisement, des relations entre les générations, de la transmission des savoirs, des secrets de famille et même de la mort. Les CM1-CM2 ont distingué "Loulette". Lou tente de redonner le goût de vivre à son grand-père, après la mort de sa grand-mère."

-Le quotidien du médecin.-

"On est ému par la détresse du grand-père, par l'énergie de sa petite-fille et par leur profonde complicité. l'auteur décrit avec sensibilité l'évolution intérieure de ses personnages : le deuil, la vieillesse, la maladresse des accompagnants, la révolte des proches, sont analysés avec justesse."
-Notes Bibliographiques-

-décerné par les enfants de 11 à 13 ans pour Noé.

Voici quelques photos de la remise des prix, et des rencontres avec les enfants, une ambiance chaleureuse.

Interview d'un journaliste concernant ce prix. Succès du 2ème Prix littéraire ados des Hautes-Pyrénées Il suffisait de voir les visages de tous ces jeunes lecteurs réunis au Conseil Général pour en être convaincu : ce 2ème « Prix littéraire ados des Hautes-Pyrénées » est un superbe succès ! Près de 400 lecteurs qui ont joué les jurys littéraires, des auteurs qui ont sillonné le département, des rencontres, des échanges. Une belle opération de promotion de la lecture, menée tambour battant par la Bibliothèque Départementale, qui s’est terminée jeudi dans la salle des délibérations du Conseil Général par la remise des prix à « L’âge d’ange » d’Anne Percin et à « Noé » de Claire Clément que nous avons rencontré pour vous.

"Lors d'une visité avec sa classe à l'Elysée, Oualid entend la fanfare de la garde républicaine. Il est subjugué par le son du cor. A partir de cet instant, sa vie va basculer. Il mettra tout en oeuvre pour approcher cet instrument et à apprendre à en jouer. sa volonté, son intelligence, son optimisme et son humour seront très utiles pour atteindre cet objectif.
Un roman dynamique, facile à lire, optimiste et positif... Récit court et très fort qui prouve, si besoin était, qu'il faut faire confiance aux eznfants et que leur avenir n'est pas tout tracé."
-Citrouille.-

http://www.leberry.fr/photoSRC/bqViVeldaWK1aKxCPNWo_suwKdfm_pKVPWTsMm3WHj1vnkxpOeTgmsS9KWxP3KyF5TPkgsQ8s1eRJoFcs0WMiqAO8wXQ--_/706557.jpegLes écoliers de la classe de CM2 du Paradis de Philippe Soubiran ont affronté mardi matin les élèves de 6e 4 du collège Louis-Armand. Les classes ont été divisées en deux groupes afin de permettre à tous de jouer dans de bonnes conditions.

Le but était de répondre aux questions des autres portant sur un des six livres du Prix des Incorruptibles :

Granpa'de Christophe Léon ; la Petite Caillotte de Claire Clément ; les Chaussures de Gigi Bigot, Pépito Matéo et Isabelle Chatellard ; Sos ange gardien de Véronique Delamarre-Bellego ; Strom d'Emmanuelle et Benoît de Saint Chamas et l'Heure des chats de Myriam Gallot.

Le jeu, similaire à celui du morpion, consistait à aligner quatre cases après avoir justement répondu aux questions. Les "grands" du collège ont triomphé dans les deux groupes.

Les élèves avaient voté pour SOS ange gardien au Prix des Incorrupibles et c'est celui qui a remporté le titre national ! Après le défi, les écoliers se sont renseignés auprès des collégiens sur le fonctionnement de l'établissement qu'ils intégreront à la rentrée prochaine.

Le Berry.fr

01/06/2012

Un jeune public très captivé./Photo DDM.Dans le cadre de la liaison CM 2-sixièmes, les élèves de CM 2 de l'école des Pujols sont allés au collège Bayle à la rencontre de Claire Clément, auteure d'ouvrages pour la jeunesse, et de la classe de sixième 1. Ce fut l'occasion pour eux de découvrir le collège et les élèves avec lesquels ils ont correspondu toute l'année.

Les enfants des deux classes ont travaillé sur l'ouvrage « La Petite Caillotte », de Claire Clément, et la rencontre avait été bien préparée. Les questions ont fusé : comment devient-on écrivain, à quel âge avez-vous écrit votre premier livre, est-ce que vous étiez bonne en français, qu'est-ce qui vous a donné envie d'écrire… ? Des questions pleines d'intérêt et de pertinence auxquelles Claire Clément a répondu avec gentillesse, émaillant ses réponses d'anecdotes amusantes de sa vie, qui ont débouché sur des livres. En conclusion, l'auteure a donné ce conseil aux enfants attentifs : « Le secret de l'écriture, c'est lire, lire, lire, pour développer le vocabulaire et l'imagination et s'ouvrir sur le monde. Lire, c'est l'aventure et le voyage. Un écrivain, c'est quelqu'un qui a les yeux et les oreilles grands ouverts sur le monde. »

La Dépêche du Midi

Les résultats du grand prix des jeunes lecteurs

L'association des parents d'élèves de l'enseignement public (Peep) organise chaque année le grand prix des jeunes lecteurs. Le jury départemental, composé de professeurs de lettres, de professeurs des écoles et de parents d'élèves, sous la présidence de Mme Gontard, inspectrice d'académie du premier degré, a délibéré. Les lauréats sont: 1.Maïwenn Galerne, CM2, école publique de Pluneret («L'atlas d'émeraude», de John Stephens); 2.RomaneGricourt, CM2, école publique de Pluneret («La petite Caillotte», de Claire Clément); 3.Manon Launay, 6e, collège Beaumanoir de Ploërmel («SOS ange gardien», de VéroniqueDelamarre-Bellego). Prix spécial CM1: Maxime Passant, école du Menez de Larmor-Plage («Robinson Crusoé»).

Finale le 23juin à Paris

Le Morbihan étant le seul département breton à participer cette année, Maïwenn Galerne a été sélectionnée pour participer à la finale nationale, qui aura lieu le samedi 23juin, à Paris.

Le Télégramme.com

Les enfants ont voté pour le prix des Incorruptibles - Javené

Une partie des jeunes qui sont venus voter pour le prix des Incorruptibles.Jeudi après-midi, les élèves des classes de maternelles et CP des deux écoles ont été accueillis à la mairie pour élire, non le président mais leur livre préféré dans le cadre du prix des Incorruptibles !Ce prix national est organisé conjointement par la médiathèque et l'association du prix des Incorruptibles. Pendant près de quatre mois, les enfants ont pu lire 5 à 6 livres par niveau pour ensuite n'en choisir qu'un seul. Pour être incorruptible, les jeunes lecteurs s'engagent donc à lire des ouvrages qui ont été sélectionnés au préalable, à se forger une opinion personnelle sur chacun de ses livres et à voter pour leur livre préféré. Ils participent au sein de leur classe dans leur établissement scolaire et en partenariat avec la médiathèque.

Cette année, ce sont ces classes qui étaient concernées par le vote du prix des Incorruptibles. Les élèves sont donc venus voter, et cela dans des conditions semblables à celle d'une élection traditionnelle (carte d'électeur, urne, isoloir, émargement...)

Pour les maternelles, le livre qui a remporté le plus de voix est : « Si tous les éléphants s'appelaient Bertrand » d'Édouard Manceau.

Pour les CP, il s'agissait de « Surtout n'ouvrez pas la porte »de Claire Clément. Les résultats officiels sur toute la France seront connus à la mi-juin et seront affichés à la médiathèque.

Ouest-France

Finale départementale du prix des Incorruptibles

Une finale départementale du prix des Incorruptibles a été organisée par le CDDP de la Marne en partenariat avec le conseil général. Pas moins de 400 élèves étaient réunis au Centre départemental de documentation pédagogique pour élire leur livre préféré. Le prix des Incorruptibles est une association nationale qui propose un prix de littérature jeunesse décerné par de jeunes lecteurs. Au cours de la journée, chaque élève vote pour son livre préféré.

Le but de cette initiative consiste à promouvoir la lecture auprès des élèves en présentant, pour chaque niveau scolaire, une sélection d'ouvrages sur laquelle la classe travaille toute l'année. A l'occasion de cette finale, les élèves peuvent participer à des animations, des jeux autour des ouvrages et rencontrer un auteur.

Cette année, Claire Clément, auteur de « Loulette » « La petite Caillotte » et « Surtout, n'ouvre pas la porte », a accepté de venir à la rencontre des élèves. Ces finales locales sont coordonnées par la responsable de la littérature jeunesse du CDDP, Françoise Oudin. Cette année, l'organisation sera reproduite à Reims, Sainte-Ménehould, Fagnières et Orconte en partenariat avec la bibliothèque départementale de prêt. En tout, plus de 1 000 élèves auront ainsi déposé leur bulletin de vote. Les résultats sont attendus le 22 mai.

L'Union – L'Ardennais

Publié le mardi 24 avril 2012

La Chapelle-Saint-Luc

Béatrice Fontanel et Claire Clément ont rencontré les élèves des réseaux de réussite scolaire Brossolette et Camus- Parmi la soixantaine de classes des écoles et collèges des réseaux Brossolette et Camus engagées dans le prix des Incorruptibles, onze ont eu la chance d'accueillir les 16 et 17 février une auteure dans leur école : Béatrice Fontanel pour le niveau CE2-CM1 et Claire Clément en CP et CM2-6e.
Le projet local du prix des Incorruptibles est organisé par les réseaux de réussite scolaire de ces deux établissements et financé dans le cadre du contrat urbain de cohésion sociale.

Page 1 sur 2

Please publish modules in offcanvas position.